Grille point de croix - Conte de Grimm - Homme peau d'ours

Grille de point de croix Homme peau d'ours

Référence: GRI_PDC_GRI_05
Ean: 3665546100163
Marque: Maison Sajou

8,75 €

L'Homme à la Peau d'ours grille point de croix

Quantité

  Paiement 100% sécurisé

CB, Paypal,Virement

  LIvraison dans le monde entier

Rapide, sur et efficace

  Echange & Retours

Contactez-nous si un article ne vous convient pas

Conte de Jacob et Wilhelm Grimm : L'Homme à la Peau d'ours.
Modèle de grille à broder au point de croix ou en tapisserie au petit point.
Chacune des grilles de cette série consacrée aux Contes des frères Grimm comporte, au recto, une version du motif en couleurs et, au verso, une version du même motif en une seule couleur. De plus, la fiche comporte le passage du conte qu'elle illustre.

Taille de ce motif : 90 points de haut sur 90 points de large.
- Sur un lin 12 fils et brodé sur deux fils de trame du tissu, vous obtiendrez un ouvrage de 15 cm de côté.
- Sur u
n lin 16 fils brodé sur deux fils de trame de tissu, vous obtiendrez un ouvrage de 11,3 cm de côté.
- Sur une toile Aïda 5,5 pts, vous obtiendrez un ouvrage de 16,5 cm de côté.
Pensez à laisser une marge suffisante autour de votre broderie!
Treize couleurs de fils sont nécessaires, les préconisations de couleurs étant faites avec notre fil à broder Retors du Nord : 2317, 2013, 2223, 2348, 2221, 2005, 2749, 2022, 2705, 2043, 2029, 2780 et 2443.
Nos grilles sont imprimées sur une feuille grand format (29,7 x 42) et sont très faciles à suivre. Elles sont présentées dans de jolies pochettes imprimées dont les couleurs varient selon les stocks. À l'intérieur de la pochette figure un rappel des principaux points de broderie.
Fils et tissu non fournis.
Tarif d'expédition réduit pour ce produit (lettre).
Attention : le tarif réduit n'est applicable qu'aux commandes composées de produits pouvant bénéficier du tarif lettre (le calcul des frais d'expédition appropriés est automatique lors de la confirmation de votre commande).

… N’ayant à lui rien d’autre que son fusil,
le soldat se le mit à l’épaule et s’en alla par le vaste monde. 
Arrivé dans une grande plaine où il n’y avait qu’un seul bouquet d’arbres,
il s’y achemina et s’y laissa tomber tristement à l’ombre,
songeant à son misérable destin. 
« Sans argent, sans métier, que puis-je devenir ?
se disait-il. Je ne sais que combattre,
et maintenant que la paix est conclue,
ils n’ont plus besoin de moi. 
Hélas ! je vois qu’il faut crever de faim ! »
Entendant tout à coup un bruissement derrière lui,
il se retourna et vit un inconnu planté là
, tout habillé de vert, l’air cossu,
mais avec un pied de cheval du plus affreux effet.
– Je sais déjà ce qu’il te manque,
déclara l’homme. L’argent et le confort :
tu en auras autant que tu voudras et pourras en vouloir ;
mais il me faut, avant,
savoir si tu n’es pas poltron,
car je ne tiens pas à gâcher mon or.
– Peureux et soldat, cela ne va pas ensemble,
répondit-il. Tu n’as qu’à me mettre à l’épreuve.
– Parfait, dit l’homme : retourne-toi !
Le soldat regarda et vit un ours de grosse taille
qui arrivait sur lui en grognant furieusement.
– Holà ! s’exclama le soldat,
je vais te passer ton envie de grogner
en te chatouillant un peu le nez à ma manière !
Épaulant et tirant, il toucha l’ours en plein museau
et l’abattit au sol, où il resta sans bouger.
– Il est clair que tu ne manques pas de courage,
dit l’homme inconnu ;
mais il y a encore une condition à remplir.
– Tant qu’elle ne nuira pas à mon salut éternel, dit le soldat,
qui avait bien compris à qui il avait à faire, je n’ai rien contre.
– Tu en jugeras par toi-même, rétorqua l’homme vert. 
Au long des sept années qui viennent,
tu dois ne pas te laver, ne pas te peigner les cheveux ou la barbe,
ne pas te couper les ongles et ne dire aucun patenôtre ;
et puis le costume et le manteau que je vais te donner,
tu devras les porter tout le temps. 

Si tu meurs dans le cours de ces sept années,
tu es à moi ; si tu restes en vie, par contre,
tu seras libre et riche jusqu’à la fin de tes jours.
Le soldat repensa à sa grande misère actuelle,
et comme il ne craignait pas la mort,
lui qui s’y était exposé si souvent,
il décida de prendre le risque cette fois encore et accepta la proposition. 
Le Diable enleva son habit vert pour le lui donner.
– Tant que tu porteras cet habit, lui dit-il,
tu auras de l’or en poche,
même si tu le dépenses à pleines mains.
Ensuite, il prit la peau de l’ours qu’il dépouilla en un tournemain,
et il la lui remit.
– Ce sera ton manteau et ton lit, lui dit-il. 
Tu ne dois pas dormir autrement,
ni te couvrir avec autre chose. 
Mais ce costume te vaudra d’être appelé partout Peau d’ours…

Jacob et Wilhelm Grimm
L’Homme à la peau d’ours

GRI_PDC_GRI_05
91 Produits

Nouveau compte, Inscrivez-vous

Vous avez déjà un compte ?
Connectez-vous Ou Réinitialisez votre mot de passe