Grille point de croix - Conte de Grimm - Le roi grenouille

Grille de point de croix Roi grenouille

8,33 €

GRI_PDC_GRI_08

3665546100194

Le Roi Grenouille grille point de croix



Conte de Jacob et Wilhelm Grimm : Le roi Grenouille

Modèle de grille à broder au point de croix ou en tapisserie au petit point.

Chacune des grilles de cette série consacrée aux Contes des frères Grimm comporte, au recto, une version du motif en couleurs et, au verso, une version du même motif en une seule couleur. De plus,la fiche comporte le passage du conte qu'elle illustre.

Nos grilles sont imprimées sur une feuille grand format (29,7 x 42) et sont très faciles à suivre.

Taille de ce motif : 90 points de haut sur 90 points de large. Sur un lin 12 fils et brodé sur deux fils de trame du tissu, vous obtiendrez un ouvrage de 15 cm de côté. Sur un lin 16 fils brodé sur deux fils de trame de tissu, vous obtiendrez un ouvrage de 11,3 cm de côté. sur une toile Aïda 5,5 pts, vous obtiendrez un ouvrage de 16,5 cm de côté. Pensez à laisser une marge suffisante autour de votre broderie.

Treize couleurs de fils sont nécessaires. Les préconisations de couleurs étant faites avec notre fil à broder Retors du Nord : 2317, 2012, 2043, 2042, 2041, 2003, 2190, 2028, 2469, 2445, 2443, 2013 et 2005.

Nos grilles sont présentées dans de jolies pochettes imprimées dont les couleurs varient selon les stocks. À l'intérieur de la pochette figure un rappel des principaux points de broderie. Fils et tissu non fournis.

Tarif d'expédition réduit pour ce produit (lettre).

Attention : le tarif réduit n'est applicable qu'aux commandes composées
de produits pouvant bénéficier du tarif lettre (le calcul des frais d'expédition appropriés
est automatique lors de la confirmation de votre commande).

NB : le tarif lettre ne comporte pas de suivi. L'envoi se fait à vos risques et périls.
Vérifiez votre adresse : l'étiquette d'expédition est directement imprimée d'après
les informations que vous avez indiquées

… – Et que veut-elle de toi, cette grenouille ?
– O mon cher père,
lorsque je suis allée hier dans la forêt
jouer auprès de la fontaine, 
ma boule d’or est tombée dans l’eau.
Et parce que je pleurais tellement, 
la grenouille me l’a ressortie ;
et parce qu’elle le désirait tellement, 
je lui ai promis que nous serions compagnes et amies,
mais je n’aurais jamais imaginé
qu’elle serait capable de quitter ses eaux.
Et à présent elle est dehors et veut entrer chez moi.
Là-dessus, on frappa pour la seconde fois à la porte et la voix appela :
Fille du roi, La cadette, ouvre-moi ! 
Ne sais-tu pas ce qu’hier tu m’as dit
À la fraîche fontaine ?
Fille du roi, La cadette, ouvre-moi !
Alors le roi déclara :
« Ce que tu as promis, tu dois le tenir ; 
va donc, et ouvre-lui. »
Elle se leva et alla lui ouvrir la porte ;
et la grenouille entra s’avança,
saut après saut, sans quitter ses talons jusqu’à sa chaise.
Une fois là, elle s’arrêta et cria : 
« Allons, prends-moi pour que je vienne près de toi ! »
Mais la cadette répugna à le faire jusqu’à ce que, 
finalement, le roi lui en donna l’ordre.
À peine sur la chaise, la grenouille voulut être posée sur la table ;
et dès qu’elle y fut, elle dit : 
« Approche à présent ta petite assiette d’or vers moi,
que nous puissions manger ensemble. »
Et si la fille cadette du roi le fit, en effet, 
il était facile de voir qu’elle ne le faisait pas de bon gré.
Et tandis que la grenouille faisait honneur
à ce qu’il y avait dans l’assiette,
elle-même n’arrivait qu’à grand-peine
à avaler de minuscules bouchées
qui lui restaient dans la gorge.
 J’ai mangé à ma suffisance, finit par dire la grenouille,
et je commence à sentir la fatigue :
emporte-moi dans ta chambrette
et prépare ton petit lit de soie,
que nous allions nous coucher. 
La fille du roi se mit à pleurer,
dans l’horreur qu’elle avait de cette froide grenouille 
qu’elle n’avait pas le cœur de toucher,
et qui devait à présent dormir avec elle
dans son beau petit lit bien douillet.
Le roi se mit en grand courroux et déclara 
« Celui qui t’aide dans ton besoin, 
tu ne dois pas le dédaigner ensuite. »
Alors elle prit la grenouille entre deux doigts
et l’emporta en-haut, 
où elle la posa dans un coin.
Mais à peine était-elle couchée,
que l’autre se glissa vers elle et lui dit :
« Je suis lasse et je veux dormir tout comme toi :
mets-moi donc dans ton lit, sinon je le dirai à ton père ! »
Prise d’une furieuse colère, elle la saisit et la jeta 
de toutes ses forces contre le mur en disant :
« Là, tu l’auras le repos, maintenant, horrible grenouille ! »
Mais ce qui retomba ne fut pas une grenouille, non !
c’était un prince aux beaux yeux pleins de tendresse…

Jacob et Wilhelm Grimm

Le Roi-grenouille