Grille point de croix - Conte de Grimm - Les sept corbeaux

Grille de point de croix Les sept corbeaux

8,33 €

GRI_PDC_GRI_09

3665546100200

Les Sept corbeaux grille point de croix



Conte de Jacob et Wilhelm Grimm : Les sept Corbeaux

Modèle de grille à broder au point de croix ou en tapisserie au petit point.

Chacune des grilles de cette série consacrée aux Contes des frères Grimm comporte, au recto, une version du motif en couleurs et, au verso, une version du même motif en une seule couleur. De plus,la fiche comporte le passage du conte qu'elle illustre.

Nos grilles sont imprimées sur une feuille grand format (29,7 x 42) et sont très faciles à suivre.

Taille de ce motif : 90 points de haut sur 90 points de large. Sur un lin 12 fils et brodé sur deux fils de trame du tissu, vous obtiendrez un ouvrage de 15 cm de côté. Sur un lin 16 fils brodé sur deux fils de trame de tissu, vous obtiendrez un ouvrage de 11,3 cm de côté. sur une toile Aïda 5,5 pts, vous obtiendrez un ouvrage de 16,5 cm de côté. Pensez à laisser une marge suffisante autour de votre broderie.

Dix-huit couleurs de fils sont nécessaires. Les préconisations de couleurs étant faites avec notre fil à broder Retors du Nord : 2317, 2013, 2012, 2022, 2043, 2190, 2223, 2443, 2003, 2549, 2570, 2469, 2005, 2016, 2028, 2030, 2409 et 2041.

Nos grilles sont présentées dans de jolies pochettes imprimées dont les couleurs varient selon les stocks. À l'intérieur de la pochette figure un rappel des principaux points de broderie. Fils et tissu non fournis.

Tarif d'expédition réduit pour ce produit (lettre).

Attention : le tarif réduit n'est applicable qu'aux commandes composées
de produits pouvant bénéficier du tarif lettre (le calcul des frais d'expédition appropriés
est automatique lors de la confirmation de votre commande).

NB : le tarif lettre ne comporte pas de suivi. L'envoi se fait à vos risques et périls.
Vérifiez votre adresse : l'étiquette d'expédition est directement imprimée d'après
les informations que vous avez indiquées

… Ainsi, la fillette s’en alla au loin, toujours plus loin jusqu’au bout du monde.
Quand elle approcha du soleil, comme sa chaleur était trop forte,
comme il était trop effrayant et dévorait les petits enfants,
elle s’éloigna bien vite et courut vers la lune ;
mais elle était bien trop froide, sinistre et méchante,
car dès que la petite approcha, la lune dit :
« Ça sent, ça sent l’odeur de la chair humaine ! »
Aussi l’enfant s’éloigna-t-elle bien vite,
courant alors vers les étoiles qui se montrèrent amicales et bonnes pour elle,
et qui étaient toutes assises sur leur petite chaise particulière.
Alors l’étoile du matin se leva pour lui donner un petit osselet :
« Si tu n’as pas le petit osselet, lui dit-elle,
tu ne pourras pas ouvrir la Montage de Verre ;
et c’est dans la Montagne de Verre que sont tes frères. »
La petite serra l’osselet précieusement dans son mouchoir,
le noua par-dessus et s’en alla,
marchant sans cesse jusqu’à ce qu’elle fût arrivée à la Montagne de Verre.
La porte était fermée ; mais quand elle dénoua son mouchoir,
il n’y avait plus rien dedans : elle avait perdu le précieux cadeau des étoiles !
Que pouvait-elle faire à présent ? Ses frères, elle voulait les sauver ;
mais la clef de la Montagne de Verre, elle ne l’avait plus !
En bonne petite sœur qu’elle était,
elle prit un couteau et se coupa le petit doigt de sa menotte,
le poussa dans le trou de la serrure et réussit à ouvrir la porte.
Une fois qu’elle fut entrée, un petit nain vint à sa rencontre et lui demanda :
– Que cherches-tu mon enfant ?
– Je cherche mes frères, répondit-elle, les sept corbeaux.
– Messieurs les Corbeaux ne sont pas à la maison,
dit le nain, mais si tu veux attendre jusqu’à ce qu’ils reviennent,
tu n’as qu’à entrer.
Pendant qu’elle attendait,
le petit nain servit le repas des corbeaux dans sept petites assiettes
et sept petits gobelets ;
alors la petite sœur mangea un petit quelque chose
dans chacune des sept petites assiettes
et but une toute petite gorgée dans chacun des sept petits gobelets,
laissant tomber dans le septième
la bague qu’elle avait emportée avec elle…

Jacob et Wilhelm Grimm

Les Sept Corbeaux