Grille point de croix - Conte de Perrault - Riquet à la houppe

Grille de point de croix Riquet à la houppe

8,33 €

GRI_PDC_PER_10

3665546100798

Riquet à la Houpe grille point de croix



Conte de Charles Perrault : Riquet à la Houppe

Modèle de grille à broder au point de croix ou en tapisserie au petit point.

Chacune des grilles de cette série consacrée aux Contes de Perrault comporte, au recto, une version du motif en couleurs et, au verso, une version du même motif en une seule couleur. De plus, la fiche comporte le passage du conte qu'elle illustre.

Nos grilles sont toutes imprimées sur une feuille grand format (29,7 x 42) et sont très faciles à suivre.

Taille de ce motif : 90 points de haut sur 90 points de large. Sur un lin 12 fils et brodé sur deux fils de trame du tissu, vous obtiendrez un ouvrage de 15 cm de côté. Sur un lin 16 fils brodé sur deux fils de trame de tissu, vous obtiendrez un ouvrage de 11,3 cm de côté. Sur une toile Aïda 5,5 pts, vous obtiendrez un ouvrage de 16,5 cm de côté. Pensez à laisser une marge suffisante autour de votre broderie.

Seize couleurs de fils sont nécessaires. Les préconisations étant faites avec notre fil Retors du Nord : 2332, 2445, 2443, 2190, 2016, 2028, 2479, 2234, 2043, 2003, 2041, 2834, 2005, 2000, 2444 et 2029.

Nos grilles sont présentées dans de jolies pochettes imprimées dont les couleurs varient selon les stocks. À l'intérieur de la pochette figure un rappel des principaux points de broderie. Fils et tissu non fournis.

Tarif d'expédition réduit pour ce produit (lettre).

Attention : le tarif réduit n'est applicable qu'aux commandes composées
de produits pouvant bénéficier du tarif lettre (le calcul des frais d'expédition appropriés
est automatique lors de la confirmation de votre commande).

NB : le tarif lettre ne comporte pas de suivi. L'envoi se fait à vos risques et périls.
Vérifiez votre adresse : l'étiquette d'expédition est directement imprimée d'après
les informations que vous avez indiquées

Il était une fois une reine qui accoucha d’un fils,
si laid et si mal fait, qu’on douta longtemps s’il avait forme humaine.
Une fée qui se trouva à sa naissance
assura qu’il ne laisserait pas d’être aimable,
parce qu’il aurait beaucoup d’esprit ;
elle ajouta même qu’il pourrait,
en vertu du don qu’elle venait 
de lui faire,
donner autant d’esprit qu’il en aurait
à la personne qu’il aimerait le mieux.
Tout cela consola un peu la pauvre reine,
qui était bien affligée d’avoir mis au monde un si vilain marmot.
Il est vrai que cet enfant ne commença pas plus tôt
à parler qu’il dit mille jolies choses, et qu’il avait
dans toutes ses actions je ne sais quoi de si spirituel,
qu’on en était charmé.
J’oubliais de dire qu’il vint au monde
avec une petite houppe de cheveux sur la tête,
ce qui fit qu’on le nomma Riquet à la houppe,
car Riquet était le nom de la famille.
Au bout de sept ou huit ans
la reine d’un royaume voisin accoucha de deux filles.
La première qui vint 
au monde était plus belle que le jour : 
la reine en fut si aise,
qu’on appréhenda que la trop grande joie qu’elle en avait ne lui fît mal.
La même fée qui avait assisté à 
la naissance du petit Riquet à la houppe était présente,
et pour modérer la joie de la reine,
elle lui déclara que cette petite princesse n’aurait point d’esprit,
et qu’elle serait aussi stupide qu’elle était belle.
Cela mortifia beaucoup la reine ;
mais elle eut quelques moments après un bien plus grand chagrin,
car la seconde fille dont elle accoucha se trouva extrêmement laide.
« Ne vous affligez point tant, madame, lui dit la fée ;
votre fille sera récompensée d’ailleurs,  et elle aura tant d’esprit,
qu’on ne s’apercevra presque pas qu’il lui manque de la beauté.
– Dieu le veuille, répondit la reine ;
mais n’y aurait-il point moyen
de faire avoir un peu d’esprit à l’aînée qui est si belle ?
– Je ne puis rien pour elle, madame,
du côté de l’esprit, lui dit la fée, mais je puis tout du côté de la beauté ;
et comme il n’y a rien que je ne veuille faire pour votre satisfaction,
je vais lui donner pour don de pouvoir rendre beau ou belle la personne qui lui plaira. »
À mesure que ces deux princesses devinrent grandes,
leurs perfections crûrent aussi avec elles,
et on ne parlait partout que de la beauté de l’aînée,
et de l’esprit de la cadette.
Il est vrai aussi que leurs défauts augmentèrent beaucoup avec l’âge.
La cadette enlaidissait à vue d’œil,
et l’aînée devenait plus stupide de jour en jour.
Elle était avec cela si maladroite
qu’elle n’eût pu ranger quatre porcelaines sur le bord d’une cheminée
sans en casser une, ni boire un verre d’eau
sans en répandre la moitié sur ses habits.
Quoique la beauté soit un grand avantage dans une jeune personne,
cependant la cadette l’emportait presque toujours sur son aînée
dans toutes les compagnies

Charles Perrault
Riquet à la Houppe