COUTURE 

Disponibles dans ce rayon :

Tissus couture patchwork

Autrefois la région du Nord de la France, et en particulier les régions de Liille, Roubaix et Tourcoing, bruissait de centaines de petits ateliers de fabricants de textile en tout genre. On trouvait aussi du tissage dans les Vosges, en Alsace, de la fabrication de gros draps dans la région de Rouen et en Auvergne, de l'impression sur étoffe en Provence, à Nantes, à Rouen, à Jouy…

Rubans biais passepoils

En France, l'industrie du ruban s'est développée dans la région de Saint-Étienne, Saint-Chamond et Saint-Didier-en-Velay, où elle était disséminée en de multiples petits ateliers. D'importants progrès techniques – et notamment le perfectionnement des métiers à la barre –, réalisés à partir de 1830, vont permettre une production en série dans laquelle pourront intervenir de multiples couleurs. Les rubans les plus anciens sont généralement en soie. Cependant, il faut bien réaliser que les plus beaux motifs ne furent tissés que dans la seconde moitié du du XIXe siècle, époque où la technique était bien maîtrisée.

Ciseaux broderie couture

La Maison Sajou est célèbre pour la qualité et la variété des ciseaux qu'elle propose. Qu'il s'agisse des ciseaux à broder de la collection Sajou, des rééditions de ciseaux anciens, des ciseaux de couturière ou encore des ciseaux professionnels, tous les modèles proposés par la Maison Sajou sont fabriqués en France. Nos ciseaux sont de beaux objets qui sont faits pour être utilisés : la qualité de l'acier, le soin apporté à leurs différents traitements, le polissage soigneux de leur tranchant, etc., en font des outils que vous garderez toute votre vie.

Fils à coudre

Traditionnellement, c'est dans le Nord de la France que sont fabriqués fils à coudre et produits textiles. Parmi les noms mythiques, le Fil Au Chinois, marque qui aurait bien pu disparaître s'il n'y avait eu la volonté tenace de deux industriels du Nord : Olivier et Bruno Toulemonde qui la rachetèrent en 2007. Avec la complicité de Frédérique Crestin-Billet, tous les emballages ont été revus et nombre de nouveaux produits ont été créés. Si elle peut aujourd'hui avoir une résonance particulière, il faut savoir que cette marque Fil Au Chinois est très ancienne : elle date du XIXe siècle, époque où sévissait la mode de l'orientalisme. Cette formulation ancienne "Au Chinois", signifie tout simplement "Illustré d'un Chinois". Lire l'article sur l'histoire du Fil Au Chinois dans Les Carnets de Madame Sajou.

Aiguilles et Épingles

En français, le mot "mercerie" est dérivé du latin "merx" et "mercis" qui signifie "commerce" et désigne tout ce qui est mercantile. Au XIIIe siècle, la "mercherie" désignait toutes les marchandises que les merciers étaient autorisés à vendre : meubles, bijoux, vêtements… Le corps des merciers était le troisième corps des marchands et se divisait en vingt classes avec des spécialités aussi diverses que les toiles et tissus, la pelleterie, la quincaillerie, la chaudronnerie, les miroirs… Peu à peu, on a distingué par "menue mercerie" les petits merciers ambulants qui parcouraient villes et villages en proposant des accessoires de couture et d'habillement. Il faut signaler, chose très rare pour une profession bien définie, que le mot féminin de "mercière" existe depuis le XIIIe siècle ! En anglais, "mercerie" se traduit par "haberdashery", mot assez obscur qui pourrait trouver son origine dans les langues anciennes scandinaves. Cependant, il faut savoir que la langue anglaise a aussi dans son vocabulaire les mots "Mercer" pour "mercier" et "Mercery" pour "mercerie" mais leur usage n'a finalement pas prévalu sur le mot "haberdashery".

Boîtes à couture garnies

Il était autrefois de tradition d’offrir aux jeunes filles, voire au petites filles, une boîte à couture que l’on pouvait compléter au fur et à mesure des besoins. Nous voulons maintenir cet usage en proposant des boîtes à couture qui offrent toutes les fournitures de première nécessité : une paire de ciseaux, un dé à coudre, un mètre ruban, un Découvit, des fils à coudre, des aiguilles à coudre, des épingles de couturière… Les contenus varient en fonction des modèles : certaines comportent du fil à bâtir, d'autre une craie de couturière … Tous ces produits sont des articles de qualité fabriqués en France.

Petite Mercerie

C’est la passion pour la mercerie ancienne qui m’a poussée à relancer la Maison Sajou en 2005. Collectionneuse depuis de nombreuses années, c’est parce que je trouvais que l’offre en matière de mercerie ne cessait de se dégrader, que j’ai voulu ressusciter cet univers autrefois si charmant et si diversifié. Cartes à fils, dés à coudre, boîtes à couture complètes, boutons pressions sur des cartes aussi belles que les modèles anciens, boutons, petits accessoires, nombreuses boîtes contenant des épingles, des fils, des épingles de sûreté, des agrafes de couturière…S’il est difficile de proposer aujourd’hui autant d’articles que ceux que l’on trouvait dans les épais catalogues d’enseignes comme Le Bon Marché, La Samaritaine ou encore Le Printemps, du moins nous ne vous proposons que des produits de qualité fabriqués en France.

Cartes à fil et organiseurs

Les cartes à fil et organiseurs de fils sont une des grandes spécialités de la Maison Sajou. La plupart d'entre eux ont été inspirés par la collection d'objets de mercerie anciens de Frédérique Crestin-Billet. On peut dire que c'est la Maison Sajou qui, depuis 2005, a relancé l'usage et l'intérêt pour les cartes à fil.
Jusque dans les années 1850, le fil à coudre était vendu en écheveaux qui arrivaient chez les grossistes en caisses, voire en tonneaux. Puis, peu à peu, on prit l’habitude de présenter le fil sur des cartes ou bien de petites pelotes, logées dans des boîtes en carton. C’est pour les habiller que l’on vit fleurir quantité de marques. Cette évolution s’inscrit dans le développement du commerce de détail qui, lui-même, est le prolongement du développement industriel. Les marques de fil devinrent alors de plus en plus nombreuses et se paraient d’images toutes plus jolies les unes que les autres.

Objets de couture en bois

En rééditant des objets de couture en bois, j’essaie de contribuer à ma façon à cet univers qui était autrefois si diversifié. Les merceries proposaient les versions les plus utilitaires de tous ces petits objets, mais on en trouvait aussi dans les magasins de souvenir et, pour les versions les plus luxueuses, chez les orfèvres-bijoutiers. Les catalogues « Mercerie » du Bon Marché du début du XXe siècle comportaient des pages entières de mètres, pique-épingles, porte-dés et autres pique-épingles dans toutes les matières et à tous les prix.