Broderie château de Versailles - 1ère Partie

Broderie château de Versailles - 1ère Partie

- Catégories : Musées et Patrimoine

Grille château de Versailles dans la Collection Musées et Patrimone

Le château de Versailles… J’habite à 50 mètres depuis près de trente ans. Les fenêtres de la Maison Sajou donnent sur la Place d’Armes. Pourquoi n’avoir pas pensé plus tôt à lui consacrer une grille ? Un peu intimidée peut-être, tant le sujet est vaste. Et puis, il est vrai que cette Collection Musées et Patrimoine a pour fil conducteur l’univers du textile et, aussi curieux que cela puisse paraître, cela n’a pas été si facile de choisir. Je voulais que cette grille soit le reflet de la visite « ordinaire » du château, autrement dit le reflet de ce que chaque visiteur peut voir sans participer aux visites guidées des lieux non ouverts au public. Et puis, il y a le château, mais il y a aussi les Trianons… avec partout la présence très marquée de Marie-Antoinette. Donc peu à peu s’est dégagée l’idée de créer deux grilles : l’une purement consacrée au château et l’autre uniquement à Marie-Antoinette.

Les brodeuses qui connaissent cette Collection Musées et Patrimoine savent que j’utilise une couleur de lin différente pour chaque grille. Ici, le gris perle s’est assez vite imposé car il permettait de bien mettre en valeur les éléments riches et colorés de la composition, à commencer par les piliers reproduisant une partie du somptueux tissu de la chambre du Roi. Comme à chaque fois, mes choix sont totalement subjectifs. Pourquoi cette tenture plutôt qu’une autre, pourquoi cet élément plutôt qu’un autre ? Question d’équilibre de l’ensemble, de rendu des couleurs, d’agencement des éléments les uns par rapport aux autres, de facilité à rassembler de la documentation, de hasard un peu aussi…

LE TITRE DE LA BRODERIE

Titre de la broderie château de Versailles

Après plusieurs essais de lettrages infructueux, j’ai finalement opté pour une interprétation
du logotype de la charte graphique du château de Versailles, bandeau noir surmonté d’un soleil.
La typographie, dénommée « Apollon », peut paraître un peu simple mais elle a finalement beaucoup de chic. 
Je n’ai pas eu la place de mettre « Château de Versailles » en entier,
ce qui donnait un bandeau trop lourd.

LA SILHOUETTE DU CHÂTEAU

Silhouette du château de Versailles

J’aurais bien aimé vous proposer la silhouette du château côté Place d’Armes, celle qu’on voit quand on arrive,
mais je n’y suis pas parvenue. En effet, avec ses pavillons sur les côtés, le renfoncement de la Cour de Marbre,
la chapelle à droite, très difficile d’obtenir
 quelque chose d’identifiable.
Donc, vous devrez vous contenter de la façade côté jardins.

A toutes les gloires de la France

Après la Révolution de 1830 qui chassa du pouvoir Charles X (dernier frère de Louis XVI),
son cousin, Louis‑Philippe d’Orléans, fut proclamé roi des Français.
C’est le nouveau souverain qui décida de faire de Versailles un grand musée
de l’histoire de France, discipline qui le passionnait. Tout en perdant sa qualité de résidence royale,
le château devenait un musée pour le peuple où furent rassemblées de spectaculaires peintures,
des sculptures, des gravures, des dessins évoquant l’histoire de France depuis ses origines. 
C’est l’architecte Frédéric Nepveu qui fut chargé de la transformation des anciens appartements
en grandes galeries dédiées « À toutes les gloires de la France ».

Pilier tissu de la chambre du roi à Versailles

 

LES COLONNES DU TISSU DE LA CHAMBRE DU ROI

Lorsqu’il a fallu imaginer une bordure pour cette broderie, ma première idée avait été de penser aux grilles du château. Mais nous étions bien loin du domaine du textile et, en plus, ce n’était pas très gai. Les colonnes du tissu de la Chambre du Roi m’apparurent comme une évidence un dimanche matin : je m’étais précipitée pour être parmi les premiers visiteurs et, traversant au pas de course les galeries d’histoire, j’eus le privilège de me retrouver quasiment seule dans les Grands Appartements. Là, entrant dans une Chambre du Roi déserte, ce fut la révélation.
À l’origine, cette pièce située au centre du château était un salon qui séparait le petit appartement du roi de celui de la reine. Elle devint chambre officielle de Louis XIV en 1701. S’y déroulaient les cérémonies du Lever et du Coucher du roi. Plus tard, cherchant un peu d’intimité, les rois se feront aménager des chambres privées plus confortables et plus petites. Le brocart de fils de soie, fils d’or et fils d’argent n’est pas le tissu d’origine, celui-ci a été incinéré en 1785 pour en récupérer les métaux précieux. Il s’agit ici d’une reconstitution tissée dans les années 1950 par les deux grandes fabriques lyonnaises Prelle et Tassinari & Chatel. En effet, après la Seconde Guerre mondiale, un immense chantier de restauration du patrimoine est lancé par le gouvernement français, avec une aide importante du mécénat privé, dont de très nombreux fonds américains. C’est sous l’égide du conservateur de l’époque, Charles Mauricheau-Beaupré, que débuta la reconstitution de la Chambre de roi, tâche poursuivie par son successeur, Gérald Van der Kemp. La Chambre du Roi restaurée fut inaugurée le 9 juin 1980, à l’issue de plusieurs décennies de travaux. Jugez plutôt : la seule mise en carte du dessin nécessita plus d’un an de travail. Un métier fut spécialement conçu et le tissage dura… 23 ans ! Pour obtenir, à raison de 2,7 cm par jour, les 80 mètres nécessaires. Un travail à la démesure de Versailles.  Il est vrai que cette interprétation au point de croix semble bien modeste au regard d’une telle merveille…

LES TENTURES DES SALONS :

LE SALON DE MERCURE ET LE SALON DE L'ABONDANCE

 Tissus du Salon de Mercure et du Salon de l'Abondance au château de Versailles

Plusieurs des salons du Grand Appartement du Roi sont revêtus de spectaculaires tentures en provenance des fabriques lyonnaises. À leurs débuts, les soieries lyonnaises furent largement inspirées par celles produites en Italie, elles-mêmes inspirées par les productions orientales. C’est ainsi que ces tissus reproduisent des motifs floraux et végétaux stylisés évoquant des feuilles d’acanthe, de grandes fleurs, des fruits de grenadier… Il s’agit assez souvent de brocatelles, chaîne de soie et trame de lin avec décors de soie. Le rapport des motifs peut être très important, parfois plus d’un mètre, ce qui contribue à la majesté de ces étoffes.

Afin d’accentuer l’aspect échantillons de ces deux tissus, vous devrez les broder sur des carrés de lin de couleurs différentes : vermillon pour le Salon de Mercure, et tilleul pour le Salon de l’Abondance. Ensuite, vous rapporterez ces broderies sur l’ouvrage principal.

 

 

LA STATUE EQUESTRE DE LOUIS XIV

La statue équestre de Louis XIV

Une statue équestre de Louis XIV accueille désormais les visiteurs du château
en bas de la Place d’Armes où elle fut installée en avril 2009.  Elle était auparavant située plus haut, au niveau de la grille royale. Bien qu’elle semble avoir toujours été là, cette statue a une histoire un peu mouvementée : le cheval,
dû à Pierre Cartellier, est une récupération d’un projet plus ancien et abandonné.
Le cavalier fut réalisé en 1836 par Louis-Messidor Petitot. L’ensemble mesure
5,5 mètres de haut.  Évidemment, la reproduire au point de croix sur une trentaine de points oblige à des concessions sur les détails, notamment le spectaculaire plumet ornant le couvre-chef. 

Lire la suite : broderie château de Versailles - seconde partie

Visiter le site Internet du château de Versailles

Articles en relation

Partager ce contenu